Vous souhaitez mener votre entreprise à l’international et le marché américain est une cible pour vous ? Découvrez comment l’entreprise Penbase a réussi malgré des obstacles réels.

Penbase est une PME basée près de Montpellier qui édite des solutions mobiles sur tablettes pour les entreprises et les professionnels. Afin de porter ses solutions aux États-Unis, Penbase a fait appel à une recrue en VIE en temps partagé. Cette personne a su s’adapter aux besoins spécifiques de l’entreprise française, même en étant confrontée à une situation plus délicate que prévue.

Conquérir un nouveau marché

Il n’est pas rare pour une entreprise française de vouloir porter son activité à l’étranger pour assurer son développement. Dans cette logique, Penbase a souhaité étendre son activité aux États-Unis, pour différentes raisons. Tout d’abord, il y avait là un nouveau marché qui correspondait tout à fait aux exigences de l’entreprise en matière d’augmentation de son chiffre d’affaires. En outre, au sein de la métropole française, les activités de Penbase se confrontaient à une concurrence oppressante. De ce fait, se développer à l’étranger semblait être une solution pérenne afin de poursuivre la progression de l’entreprise dans de bonnes conditions.

Une présence nécessaire sur le territoire US

Dans cette optique d’extension de ses affaires à l’extérieur des frontières françaises, Penbase a rapidement songé à la manière de s’implanter aux États-Unis, afin de porter le projet sur ce marché spécifique. « Nous avions déjà effectué des missions ponctuelles aux USA explique Philippe Garnier, président de Penbase. Ces missions nous ont permis de comprendre qu’il y avait un potentiel et qu’il nous fallait quelqu’un sur place, aux États-Unis. »

En parallèle, l’entreprise a donc décidé de se renseigner sur la possibilité de faire appel à un VIE (Volontaire International en Entreprise). Penbase a d’abord pensé recruter une personne à plein temps, basée aux Etats-Unis. Cette solution, bien qu’intéressante, représentait néanmoins une charge administrative beaucoup trop lourde à porter pour l’entreprise.

Une solution adéquate et simple à gérer

Ainsi, le projet a continué de mûrir, pour finalement aboutir sur une solution plus appropriée aux besoins de Penbase. En l’occurrence, il s’agissait ici de faire appel à un VIE en temps partagé, par le biais de l’IMED. Cela correspondait parfaitement aux nécessités liées à la volonté de développement de l’entreprise aux États-Unis, tout en se révélant plus intéressant d’un point de vue économique que les autres solutions existantes. En outre, le VIE temps partagé était également le choix le plus simple sur le plan administratif, puisque toutes les démarches étaient prises en charge par l’IMED.

Une recrue pleine de ressources

« La mission ne s’est pas déroulée exactement comme prévue », nous explique Philippe Garnier. « Le premier candidat avec lequel nous devions collaborer s’est malheureusement désisté. Nous avons néanmoins choisi de continuer, et l’IMED a su trouver une solution de remplacement. Au final, nous avons travaillé avec une fantastique recrue, bilingue, qui convenait parfaitement avec ce que nous avions prévu. Et cela a très bien fonctionné. » Parti pour un an, ce volontaire a agi exactement comme un collaborateur de l’entreprise, tout en ayant un niveau d’anglais idéal pour que la mission se déroule dans d’excellentes conditions.

Cependant, un autre problème s’est présenté à Penbase durant cette période. « Nous nous sommes rapidement rendus compte que la mission prévue initialement ne fonctionnerait pas. La recrue s’en est aperçu en cours de route, et avec l’accord de l’IMED, s’est immédiatement adaptée à une nouvelle mission, davantage en adéquation avec notre projet sur place. » Grâce à la capacité d’adaptation du volontaire avec laquelle Penbase a travaillé, le contenu de la mission aux États-Unis a donc pu être réévalué, et celle-ci s’est poursuivie de manière optimale jusqu’à son terme.