Au Japon, les cosmétiques « Made in France » : une image d’excellence !

Le Japon est le deuxième marché mondial des cosmétiques et du bien-être, ce qui représente un marché de 19 milliards d’euros. Les japonais(es) raffolent des soins pour la peau et le maquillage, ce sont ces deux segments qui représentent quasiment la totalité du marché de la cosmétique et du bien-être au pays du soleil levant.

L’engouement des asiatiques pour les cosmétiques est désormais un phénomène de masse : les 5 plus gros acteurs japonais occupent près de la moitié des ventes au côté de Kose, Shiseido, Kanebo ou encore Kao Pla. Les marques françaises sont bien implantées, tel que l’Occitane ou Estée Lauder qui possèdent 40% de part de marché des soins pour la peau et des cosmétiques. Les acteurs français proposent des produits adaptés au marché japonais comme par exemple des produits blanchissant pour la peau ou des couleurs de rouges à lèvre dédiées spécifiquement au teint des japonais-es-.

A la fois curieux et avertis, les japonais consacrent un budget important aux produits de beautés (180 € par habitant en 2014 contre 137€ en France) et le « Made in France » bénéficie à ce titre d’une image d’excellence dans le secteur auprès des consommateurs. Principal fournisseur du Japon en produits cosmétiques, la France représente 30% des importations totales en 2015 soit 11.8 milliard d’euros (source Febea : Fédération des entreprises de la beauté) : un marché dynamique grâce aux consommateurs japonais toujours plus avides de nouveautés.

Concernant le marché des cosmétiques bio et/ou naturels, il représente 1.06 milliard d’euros et est en perpétuel développement du fait de la préoccupation constante des japonais-es- quant à l’environnement et à la protection de leur peau.

Le marché de la cosmétique japonais suit des tendances proches de celles que nous pouvons constater en Europe avec une population vieillissante, toujours à la recherche de nouveaux produits comme l’anti-âge de pointe.

Comme pour de nombreux pays, la meilleure approche pour se faire une première idée des tendances et affiner sa stratégie d’entrée, est de participer à un salon en tant que visiteur. A ce sujet, dans le cadre de la « Beauty Week » organisé par le Ministère de l’économie se tient tous les ans le salon Cosme Tokyo 2018.

Rendez-vous annuel des professionnels, ce salon se déroule sur trois jours et rassemble plus de 650 exposants et environ 25.000 visiteurs principalement composés d’importateurs, de distributeurs, de détaillants et de groupes de spas/salons/hôtels.

Une fois votre stratégie d’entrée bien définie et les premiers contacts noués, il ne manque plus qu’à démarcher localement les acteurs du secteur pour profiter pleinement du potentiel qu’offre ce marché !