V.I.E. Mexique

Pour mieux appréhender et renforcer sa présence sur le marché mexicain, l’entreprise exportatrice Coverpla, a sollicité pour la première fois les services d’un V.I.E temps partagé. Retour sur cette expérience. 

Un candidat au profil adapté, formé et accompagné par l’Imed. Voici les raisons qui ont encouragé Coverpla à sauter le pas. Le volontaire s’est-il montré à la hauteur des espérances de l’entreprise ? La réponse dans cet article.

Le V.I.E temps partagé : une première pour l’entreprise Coverpla

Fournisseur d’éléments de packaging pour le secteur de la parfumerie et de la cosmétique, Coverpla réalise 70 % de son chiffre d’affaires à l’étranger. L’entreprise n’avait jamais testé de Volontariat International en Entreprise jusqu’à ce que, à l’automne 2017, elle soit contactée par Sonia Foussier. Cette jeune professionnelle s’apprêtait à partir au Mexique, dans le cadre d’un V.I.E temps partagé. « La nature de nos produits et la complexité de notre activité exigeait une longue période de formation », explique Carole Pastorelli, vice-président de ventes à l’exportation, « mais la manière dont Sonia a proposé sa mission m’a totalement séduite ».

Dès le mois d’octobre, Sonia Foussier a pu ainsi assumer la mission de défendre les intérêts de Coverpla au Mexique, en plus de deux autres PME, après quelques jours de formation au siège. Au départ, sa mission était de cartographier les principaux acteurs du secteur ainsi que leurs habitudes de consommation. Il fallait également rétablir le contact sur place avec les clients historiques de l’entreprise, la plupart inactifs. La troisième étape consistait à véritablement éduquer le marché mexicain à une démarche nouvelle, privilégiant la qualité et une stratégie haut de gamme. « Il fallait démontrer à nos prospects que monter en gamme leur permettrait d’obtenir de meilleurs profits », explique Carole Pastorelli.

Le professionnalisme de Sonia Foussier a été tel que Coverpla lui a proposé de continuer à travailler pour l’entreprise, en assumant la responsabilité de plusieurs pays en Amérique, dans le cadre d’un CDI. « Sonia nous a dressé un portrait assez précis du marché et a réussi à éveiller et à fidéliser nos clients historiques », résume Carole Pastorelli, très satisfaite de cette expérience.

>> De son côté, François-Xavier d’Ornellas, dirigeant de ClassM, nous raconte comment le V.I.E s’est révélé être un excellent outil d’aide à la décision pour juger de la pertinence de s’implanter sur un nouveau marché.

Les avantages de la formule V.I.E

« La présence d’un V.I.E au Mexique, agissant en étroite collaboration avec sa responsable au siège en France, a permis de dynamiser le courant d’affaires de Coverpla sur place, tout en lui faisant bénéficier de la flexibilité de la formule. Après une analyse plus fine du marché, nous nous sommes rendu compte en effet que si la plupart des prospects mexicains privilégiaient une logique de bas prix, dès que la demande s’intéressait à la qualité du matériel et du design, l’offre locale était quasiment inexistante. Les plus petites entreprises en quête d’une haute valeur ajoutée ont ainsi reçu nos propositions avec beaucoup d’intérêt.
Pour le V.I.E, cette expérience est très riche à tous points de vue. En plus de lui permettre de se former et d’acquérir de nouvelles expériences, le dispositif V.I.E est un vrai tremplin pour sa carrière en lui préparant à assumer d’importantes responsabilités. D’ailleurs, les PME ayant engagé Sonia Foussier en temps partagé au Mexique, lui ont toutes proposé un CDI à la suite de son V.I.E », nous confie Carole Pastorelli. 

 

À lire également : [CAS CLIENT : LABELIANS] Comment mettre en place une stratégie commerciale à l’export ?

Annuaire des bons contacts dans votre région